Juin 2016 : Le Lido restaurant de la semaine dans Les Echos Week-End

25.06.2016

Un article signé Laurent Guez. 

"À Propriano et à des kilomètres à la ronde, vous ne trouverez pas plus belle escale que le Lido, adorable hôtel familial les pieds dans l’eau, dont le restaurant scintille comme un astre gastronomique. Ne vous fiez pas au patronyme continental du chef. Romuald Royer, 36 ans, 120 kilos, a l’âme corse de ses aïeux – et aussi de son beau-père Antoine Pittilloni, le fondateur de l’établissement, qui lui a appris le métier. Ne vous fiez pas non plus à son physique : Romuald a un tempérament d’entrepreneur et une sensibilité d’artiste. Entrepreneur ? Après celui du port de Propriano, il vient d’ouvrir un nouveau restaurant Mani à Ajaccio, rue du Roi-de-Rome, un bar à vin où il propose des petits plats « de ouf » : burger explosif, tartare d’ombrine à la chantilly de brocciu ou gambas à la plancha, des petits plats à manger avec la main (d’où le nom du resto), l’autre étant réquisitionnée pour tenir son verre de patrimonio rouge ou de sartène blanc.

À essayer absolument ! Artiste ? Jugez plutôt : le jour de notre visite au Lido, Romuald Royer mettait la dernière main, et le dernier point de colle, à un lustre fait d’antennes de homard, préalablement séchées à l’étuve. Un « ouf », je vous dis ! Plus sérieusement, et pour ceux qui ne goûtent ni le verlan ni les luminaires en crustacés, précisons que c’est surtout en cuisine que ses talents s’exercent, ce qui lui vaut depuis 2012 un macaron Michelin. Le menu dégustation est la meilleure façon d’apprécier ses mérites.

Parmi ses créations, nous avons flashé sur le homard bleu servi sur une pierre fumante, avec des herbes du maquis – un grand moment. Cuisson des viandes, magie des épices, légumes ensorcelés… L’artiste ne faiblit pas, même au dessert. Il décoche un sorbet pomelo (illustration) qui nous a tourneboulé, avec ses notes acides, amères, croquantes et poivrées.

Le Lido, : 42, avenue Napoléon III, 20110 Propriano. Tél. : 04 95 76 06 37.

Formidable menu dégustation à 85 €, menu tout langouste à 190 €."

 

Source

http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=0211053193633&fw=1